L’intelligence anti-reptilienne

Le comportement de mes congénères n’ayant de cesse de m’étonner, j’en suis venu à la conclusion qu’il existe plusieurs types d’intelligences bien distinctes

J’en identifie 5 mais je pense qu’il doit y en avoir plus : l’intelligence scolaire, l’intelligence sociétale, l’intelligence des situations, l’intelligence émotionnelle et l’intelligence anti-reptilienne.

Mon propos ici n’est pas de décrire ces 5 types d’intelligences bien distinctes, je laisse planer une part de mystère dans mes raisonnements, qu’on pourra peut être dévoiler lors des commentaires s’il y en a.

Non, mon propos ici est d’illustrer ce que j’appelle l’intelligence anti-reptilienne. C’est une intelligence assez rare, qu’on trouve notamment chez les illusionnistes et chez les grands arnaqueurs. Elle consiste à parfaitement connaître le fonctionnement du cerveau reptilien pour l’exploiter contre sa victime, d’où son nom d’anti reptilienne.

Par reptilien, on entend ici le cerveau naturel des humains. Par exemple, si je vois quelqu’un verser un liquide dans un verre opaque, mon cerveau reptilien me dit que le verre est rempli de liquide, même si je n’en vois pas directement le contenu à cause de l’opacité. Si la personne me montre le verre et que celui-ci est vide contre toute attente, mon cerveau reptilien est desarçonné, il ne comprend pas ce qui s’est passé. Sauf si j’ai une intelligence anti reptilienne.

Ceux qui ont une intelligence anti reptilienne comprennent immédiatement le “truc”. Bien que je pense disposer d’une solide intelligence scolaire, comme tous les ingénieurs, c’est à dire une capacité à ranger astucieusement dans ma tête les connaissances acquises pour m’en servir ultérieurement telles quelles ou par analogie, je sais ne pas disposer de cette intelligente anti-reptilienne, c’est pourquoi j’ai toujours été fasciné par l’illusionisme.

A chaque fois que je vois un tour de magie, il faut absolument que je comprenne le truc. J’échaffaude des réflexions sur la manière dont le truc opère et, évidemment, je mets toujours à côté ou je ne comprends pas. Et à chaque fois que j’échoue à comprendre et que le truc m’est révélé, non seulement j’enrage de ne pas avoir été capable de comprendre par moi-même, mais c’est généralement bien pire puisque bien souvent le truc est vraiment tout bête. Pire, le contraste entre la simplicité du truc et son effet sur le public est saisissant. Trouver un tel truc, comprendre comment leurrer le cerveau reptilien de l’audience, est vraiment un type d’intelligence à part, qui me fascine.

Je vais maintenant illustrer ce propos par un exemple concret.

Voici un tour de magie effectué par Paul Daniels, une légende. Je mets au défi mon lecteur de comprendre comment Paul Daniels fait pour réaliser ce tour. Il pourra ainsi mesurer à quel point les autres types d’intelligences ne sont d’aucun secours pour comprendre ce qui se passe